AccueilAccueil  Portail*Portail*  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 UPA: Règlement éminent ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Coyote.
Admin


Masculin
Nombre de messages : 12833
LOCALISATION (ville/city) : Laval & Lac Simon
VOS PRODUITS YAMAHA : APEX XTX LE 16, YFM 87,GP 292 75, SL 338 72
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: UPA: Règlement éminent ?   Mer 29 Déc 2010, 22:26

François St-Gelais
Le Quotidien


Officiellement, le blocus interdisant le passage des motoneiges sur les terres agricoles du Québec est levé depuis près de deux semaines. Sur le terrain, toutefois, ce que la plupart des observateurs et des intervenants de cette industrie craignaient se confirme: les liens entre les agriculteurs et les motoneigistes sont rompus, des portions de sentiers sont encore fermées et le gouvernement du Québec se cantonne dans un confortable laissez-faire.
Un laissez-faire qui compromet le reste de la saison 2010-2011 et qui risque d'avoir des répercussions catastrophiques sur l'avenir de cette industrie, dont les retombées économiques sont essentielles pour le SaguenayLac-Saint-Jean.

Agir

Inutile de revenir sur le choix des moyens de pression adoptés par l'Union des producteurs agricoles (UPA). Ils ont choisi de frapper fort. Ils avaient le droit de le faire. Et ils ont finalement obtenu certains gains de la part de Québec.


Dans les faits, les moyens de pression exercés par les agriculteurs ont surtout ouvert une boîte de Pandore et mis à vif de vieilles plaies, de vieux irritants, entourant le fonctionnement de l'industrie de la motoneige. C'est à ce chapitre que l'inaction du gouvernement du Québec devient intolérable.

«À toute chose malheur est bon», affirme la maxime populaire. Dans le dossier de la motoneige, cela revient à dire que la querelle entre l'UPA et les clubs de motoneigistes doit servir de point de départ à la modernisation des bases de cette industrie importante pour plusieurs régions de la province. Or, sur ce plan, la balle est dans le camp du gouvernement, et ce depuis longtemps déjà. Ici, comme dans d'autres régions, il y a belle lurette que des tables de concertation, notamment celle de la Conférence régionale des élus, et que divers organismes cherchent des solutions pour améliorer le financement des activités des clubs, pour dessiner des sentiers permanents, pour acquérir des droits de passage à long terme sur des propriétés privées... Québec a écouté toutes ces discussions. Le gouvernement a pris bonne note des problèmes. Il a suivi le déroulement des travaux de ces instances où siègent, à côté d'élus, des bénévoles passionnés de motoneige, exaspérés de la lenteur des travaux... Mais, il n'a pas agi.

Le blocus des terres agricoles doit servir de signal d'alarme. Car, il a démontré que l'industrie de la motoneige, dans son modèle organisationnel actuel, est allée pratiquement au bout de ses possibilités. Elle a besoin que l'État pose des gestes concrets. Il en a les moyens. Il a les outils pour le faire, pour asseoir tous les intervenants de l'industrie ensemble et établir un plan d'action.

Fêtes

Pour le gouvernement du Québec, la pause des Fêtes est tombée à un excellent moment. À une semaine du réveillon de Noël, le gouvernement a livré son cadeau en réussissant à obtenir la levée du blocus. Sur cette bonne nouvelle, tout le monde est parti en vacances le coeur léger, en laissant l'impression que les problèmes étaient définitivement réglés.

C'est là le grand piège qui guette tous les intervenants de l'industrie au retour du congé, en quelque part au coeur des grands froids de janvier. Car, les événements survenus depuis la levée du blocus ont démontré que rien n'est réglé. Des agriculteurs ont décidé, autant au Lac-Saint-Jean qu'au Saguenay, d'interdire pour le reste de la saison, voire définitivement, le passage des motoneiges sur leurs terres. Présentement, il est impossible de circuler dans le secteur de Laterrière, ce qui implique que les motoneigistes qui empruntent les pistes tracées dans la Réserve faunique des Laurentides doivent passer par Hébertville pour relier Québec et le SaguenayLac-Saint-Jean.

De nombreux commerçants, hôteliers et restaurateurs ont noté des pertes de revenus qui seront difficiles à compenser. Des touristes habitués à fréquenter la région ont déjà choisi d'aller pratiquer leur loisir ailleurs. Plusieurs clubs de motoneigistes dénotent une importante baisse du nombre de cartes de membres vendues, ce qui fragilise leur équilibre budgétaire et en mettra possiblement certains en péril.

Et, la tension est désormais grande, dans les régions, entre les motoneigistes, les agriculteurs, les hôteliers, les gens d'affaires, les restaurateurs... Des partenaires qui dépendent pourtant les uns des autres pour leurs succès respectifs.

Non. Rien n'est encore réglé dans le dossier de la motoneige.
Partager

_________________

   
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-yamaha.com
carlyam



Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 50
LOCALISATION (ville/city) : montreal
VOS PRODUITS YAMAHA : aucun pour l instant
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Dossier réglé, dit Luc Blackburn   Ven 31 Déc 2010, 15:30

(LATERRIÈRE) Les motoneigistes de la région pourront, au plus tard mardi, circuler à nouveau dans les sentiers du Saguenay, notamment dans le secteur de Laterrière.
Le conseiller municipal Luc Blackburn a confirmé hier après-midi que le dossier était maintenant réglé.

«Des ententes ont été conclues avec les citoyens afin d'obtenir les droits de passage. Normalement, les accès par le barrage de Laterrière et par le boulevard du Royaume seront accessibles dans les jours à venir. En temps normal, nous pensons que les sentiers pourront être utilisés au plus tard mardi (4 janvier)», explique le conseiller Blackburn.

Une entente devait notamment être signée avec Benoit Allard, afin d'autoriser les motoneigistes à circuler sur une partie de ses terres. Le hic, c'est que Benoit Allard était à l'extérieur de la région durant le congé de Noël.


Le conseiller municipal mentionne que les ententes n'ont pas été difficiles à obtenir.

«Mais il fallait attendre que le blocus de l'Union des producteurs agricoles (UPA) soit levé et que nous puissions alors discuter avec M. Allard et les agriculteurs, dont les terres sont situées en bordure du boulevard du Royaume», note Luc Blackburn.

Le président du club de motoneige Saguenay, Jules Tremblay, n'avait d'ailleurs pas caché sa déception devant la tournure des événements. Il n'a pas été possible de le joindre hier pour connaître ses états d'âme.

Stéphane Bégin
Le Quotidien


Revenir en haut Aller en bas
 
UPA: Règlement éminent ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MOTONEIGE :: DISCUSSION GÉNÉRALE-
Sauter vers: